jeudi 20 juin 2013

Chronique cinéma : Man of Steel, de Zack Snyder



Synopsis

Un petit garçon découvre qu'il a des pouvoirs surnaturels et qu'il n'est pas né sur Terre. Plus tard, il s'engage dans un périple afin de comprendre d'où il vient et pourquoi il a été envoyé sur notre planète. Mais il devra devenir un héros s'il veut sauver le monde de la destruction totale et incarner l'espoir pour toute l'humanité.

Mon avis

Nouvelle adaptation du mythe Superman, Man of Steel avait, depuis l'annonce de sa réalisation, un lourd poids sur ses épaules : celui de l'attente des fans, notamment après Superman Returns qui en avait déçu une majorité.

Pour ma part, c'est avec une impatience bien mal contrôlée que j'ai attendu de pouvoir enfin découvrir le film annoncé comme une renaissance pour le héros déjà bien connu de tous. Et une fois hors de la salle de cinéma, c'est sans attendre que je me suis jeté sur mon ordinateur afin de mettre de l'ordre dans mes idées. Car Man of Steel c'est du bon, beaucoup de bon, mais aussi quelques déceptions, bien souvent couplées à des surprises sur la manière de traiter certains aspects de l'histoire.

Commençons d'abord par le positif : le renouveau de Superman est assuré. Si je suis habituellement un très grand fan des scènes se déroulant au Daily Planet, aux enquêtes de Loïs et Clark, voir ce dernier parcourir le monde à la recherche de son identité et arborer sa barbe des mauvais jours casse le côté "lisse" que l'on connaît à Superman. Ici, avant de le voir enfiler sa tenue bleue et rouge, Clark est avant tout un Homme. Aborder le personnage de cette manière est selon moi l'un des "plus" du film par rapport aux précédents. Même si, bien malheureusement, cela n'est pas aussi approfondi que j'aurais pu l'espérer. Mais je reviendrai sur ce point là plus tard.
Par ailleurs, le film est visuellement très réussi. Krypton est superbe, les scènes de batailles sont à couper le souffle, et malgré mes à priori sur le sujet, la 3D est extrêmement bien réussie. Qu'elles soient épiques ou émouvantes, les scènes sont surtout très belles à regarder. Man of Steel n'est donc pas qu'un simple blockbuster qui rapporte gros, il est également le résultat d'un travail titanesque et méticuleux qui a porté ses fruits.
Autre point : la bande-originale. Hans Zimmer signe ici des musiques épiques qui, alliées aux scènes de bataille dont j'ai plus que vanté les mérites, ont réussi à m'offrir quelques beaux frissons. Le nom de Zimmer était déjà une valeur sûre, son travail sur Man of Steel ne fait que le confirmer.
Pour finir : le casting. Tous les acteurs campent parfaitement leur rôle, et leur offrent parfois un petit quelques chose de plus. Henry Cavill qui, comme je le disais, casse le côté "lisse" du Superman que l'on connaît sans le dénaturer, est très convaincant. Kévin Costner et Diane Lane font de parfaits Jonathan et Martha Kent, Russel Crowe incarne un Jor-El plein d'envergure, et Michael Shannon, quant à lui, offre une excellente prestation dans le rôle du Général Zod. Mais s'il y avait une actrice que j'attendais au tournant, c'était Amy Adams. Dubitatif lors de l'annonce de son casting dans le rôle de Loïs Lane, je suis resté sur mes réserves jusqu'à aujourd'hui. Très marqué par l'excellente prestation d'Erica Durance dans la série Smallville, j'ai tenté de ne pas comparer les deux. Je suis aussi parti du principe qu'après Kate Bosworth, qui avait campé une Loïs Lane fade et transparente dans Superman Returns, Amy Adams pouvait difficilement faire pire. Finalement, malgré mon mauvais pressentiment, il s'avère que la nouvelle Loïs est plutôt convaincante. Disons que sa prestation est assez bonne étant donné les raccourcis qui ont été faits avec son personnage.

Je profite de cette idée pour faire la transition sur le gros point négatif du film. Loïs Lane, donc, partenaire privilégiée de Superman, souffre d'un manque d'approfondissement du personnage. Sa relation avec le héros est survolée, évolue trop rapidement, et rendrait leur lien presque banal pendant une bonne partie du film. Autre point traité avec trop de négligence : l'évolution de Clark vers Superman. Comme je l'évoquais plus haut, il est intéressant de voir Clark Kent sous un nouveau jour, endurer un périple difficile et sombre. Si le film avait très bien commencé sur ce point, ce voyage prend très (trop) rapidement fin. Si rapidement qu'un instant solennel comme la découverte du costume est présenté avec une telle légèreté qu'il est suivi par quelques bonnes minutes de frustration. Attention, j'entends bien que le film n'était pas là pour aborder la jeunesse de Superman et la manière avec laquelle il devient le héros que nous connaissons. Il ne s'agit pas d'un Smallville en long métrage. Mais si bien débuter le film et poser de si bonnes idées pour enchaîner sur de nombreux raccourcis m'a trop souvent donné l'impression d'être coupé dans mon élan.

Je pourrais continuer cet avis sur encore de nombreuses pages mais puisqu'il ne s'agit pas ici d'écrire un livre sur le sujet, je vais m'arrêter là. En résumé, un très bon moment, une jolie redécouverte d'un héros que j'affectionne tout particulièrement servie par un excellent casting et des scènes aussi époustouflantes qu'émouvantes qui permettent, dans la dernière partie du film, d'oublier le gros nombre de raccourcis opérés sur l'histoire de Clark et sa relation avec Loïs Lane.

Bref, courrez dans le cinéma le plus proche !





4 commentaires:

  1. Je suis du même avis ! Je partage vraiment tes impressions sur ce film !


    Le Superman de 78 était une pièce en 3 actes : Krypton - Smallville - Métropolis.

    "Man of steel" débute de la même manière, la fin de Krypton. Magnifiquement mise en scène. Même si je garde toujours une préférence pour la planète de Cristal ...
    Idem pour l'enseignement de Jor-El. Pour moi, le film n'a pas réussi à surpasser l'apprentissage de Clark dans le film de Richard Donner. L'émotion est moins palpable à mon goût.

    Une question que je me pose.
    Jor-El décide que son fils sera libre de ses choix mais ... L'est-il vraiment ? Finalement l'avenir de Kal-El semble déjà tracé, sa mission est claire et le costume est même déjà fait.

    L'autre point négatif sont les noooombreux raccourcis. La façon dont Clark retrouve le vaisseau mère ... La façon dont Lois retrouve Clark ... J'avais déjà cette critique sur The Dark Knight Rises ...



    Passé ça, le film est bon. Le film est beau.
    La musique est superbe. Les scènes de vol sont incroyables. C'est la première fois que j'ai eu la sensation de voler avec lui ! Le combat final est titanesque !

    Un excellent film !
    Un excellent prologue à un VRAI film SUPERMShhh Kkrrrr ....Krrrshhh

    RépondreSupprimer
  2. Disons que Jor-El et Jonathan ont dans l'idée que c'est à Clark de décider de la manière avec laquelle il usera de ses pouvoirs... Mais dans les actes, ils le dirigent vers sa destinée plus qu'ils ne le guident. D'ailleurs comme tu le soulignes, l'enseignement de Jor-El n'est pas vraiment à la hauteur. On ne peut pas dire qu'il y ait de véritable enseignement d'ailleurs. Il lui dit ce qu'il est, ce qu'il peut devenir et l'aide à s'en sortir par le biais de Loïs. Moins d'émotion comme tu le dis, j'ai trouvé leur rapport un peu froid. Clark ne réagit d'ailleurs pas énormément. Pas de réelle surprise, pas d'émotion à nouveau... Il reste assez impassible, j'ai trouvé ça dommage.

    Quant à Krypton, j'ai adoré la scène aussi. Tout ce passe est extrêmement bien fait, Krypton est superbe et sa chute face à Lara très émouvante.

    En tout cas la scène finale présage un bon deuxième volet, un Superman, un vrai de vrai, avec une belle équipe Loïs/Clark qui rattrapera celle de Superman Returns qui est totalement inexistante.

    RépondreSupprimer
  3. Étrangement, ce n'est ni plus ni moins mes critiques que tu as exposé. Si le film est un bijou en terme d'effets spéciaux et d'intensité dans la dernière heure avec la bataille finale, je reste sur ma fin sur la 2ème partie du film qui début sur le passé de Clark Kent avec quelques flashback puis s'éteint sans avant-garde pour nous amener directement à Superman à vitesse MACH 20. C'est comme une hésitation de la part du réalisateur qui a eu un semblant de vouloir intégrer le personnage de Clark Kent dans le film mais finalement on passe bien trop rapidement à Superman. C'est aussi ce qui se passe avec Lois Lane où sa relation amoureuse avec Superman arrive trop vite et trop facilement. Pas assez de mises en situation entre Superman et Lois. Mais on peut imaginer que le réalisateur et la production ont voulu s'attarder sur l'aspect plus apocalyptique du film qui nous fait oublié avec brio la seconde partie du film.

    RépondreSupprimer
  4. Pour ma part, à la sortie du cinéma j'étais perplexe. J'attendais évidemment beaucoup de ce film, surtout en comparaison du volet précédent. À vrai dire j'avais même de très gros doutes quant au casting et à la façon dont allait être traité les personnages et l'univers. J'avais en mémoire les films avec Christopher Reeves (devenus un peu kitch avec le temps mais qui restent une référence)et la série Loïs & Clark qui ont tout de même une empreinte qui me semble plus importante que Smallville et Superman Returns.

    Tout d'abord au niveau du scénario je dois reconnaitre le talent des auteurs. Certes le film va vite (un peu trop parfois) et les relations entre personnages ne sont pas approfondies au possible. J'avoue être frustré sur ce point car pour moi c'est un passage important pour un film car c'est grâce à cela que l'on peut s'identifier/se mettre dans la peau du personnage et du coup plonger dans le film. Cependant le rythme soutenu permet à l'action et à l'adrénaline de ne pas retomber ce qui rend la trame efficace et claire. Choisir comme premier ennemi Zod était pour moi un pari risqué mais qui semble logique et évident à posteriori.

    D'ailleurs je dois féliciter l'acteur et sa performance : le général Zod est un personnage bien écrit et interprété de façon magistrale. En comparaison je dirais qu'il me rappelle The Dark Knight avec un Heath Ledger en Joker impressionnant qui efface le Batman de Christian Bale. Je trouve qu'il en est de même avec un Superman qui du coup ne se révèle pas totalement et reste un peu en retrait, d'autant que le choix a été fait de ne pas montrer le "Clark". Cette absence du personnage Clark Kent est assez bizarre, mais c'est un choix audacieux, tout comme celui de Loïs qui sait dès le début que Clark est Superman. Une Loïs qui est non seulement très jolie mais en plus pertinente dans son interprétation (plus que dans Smallville selon moi). Toujours dans le casting, les 2 pères de Clark/Superman sont magistraux eux aussi, même si Jor-El aurait pu être plus "imposant".

    Passons à la réalisation. Les effets spéciaux sont excellents (Krypton). Un gros bravo pour la photographie et les scènes de l'enfance de Clark. Sans être trop envahissantes, elles sont idéalement placées et efficaces dans leur valeur narrative. Très bien tournées, je suis assez fan des effets de flare. Cependant rien n'est novateur dans la façon de tourner les scènes de l'âge adulte : des effets vus et revus, notamment les passages dans l'espace. Et puis cette scène où Superman apprend à sauter/voler ne sers pas beaucoup la narration. Ce pseudo apprentissage ne m'a pas convaincu.

    Pour terminer, je suis un fervent défenseur du travail de Hans Zimmer que j'aime beaucoup. Si la musique est excellente en elle-même, on reconnait la patte de Zimmer dès les premières notes, je n'ai pas accroché dans son utilisation sur les images et trop discrète. De plus, même si Hans a pris des risques dans la composition de toutes nouvelles mélodies, sa musique ne correspond pas vraiment au personnage de Superman. Autant un Batman sombre et puissant était poussé par ces percussions et ces cuivres lourds, autant Superman est un héros clair, lumineux qui mérite plus d'aigus. Je regrette que le thème précédent n'ait pas été réinventé plutôt que jeté à la corbeille. L'exemple de Star Trek par J.J. Abrams montre que la musique bien que nouvelle peut s'inspirer des anciens thèmes pour mieux les servir.

    Alors en résumé voilà le paradoxe : c'est un très bon film, avec des partis pris dans la narration qui lui font prendre des risques qui le rendent efficace, mais il manque une touche d'originalité dans sa réalisation et une musique plus présente et qui collerait plus au héros. Le casting ne me plaisait pas, il en ressort de très bons acteurs avec des performances artistiques remarquables. Gageons que le deuxième volet développera un peu plus les personnages et se démarquera.

    RépondreSupprimer