mercredi 4 septembre 2013

Chronique littérature : Multiversum, de Leonardo Patrignani

Gallimard Jeunesse


Quatrième de couverture

Alex vit en Italie. Jenny en Australie. Ils ne se sont jamais vus pourtant ils se connaissent depuis toujours, unis par un lien télépathique très fort.
Le jour où ils cherchent à se rencontrer, ils découvrent qu'il existe une infinité d'univers parallèles et que la réalité qui les entoure n'est qu'une de ces multiples dimensions. Parviendront-ils à se rejoindre tandis que leur destin est lié à celui, inéluctable, de la Terre ?
Existe-t-il un monde où vivre leur amour ?

Mon avis

Ceux qui connaissent mes goûts littéraires seront probablement étonnés de me voir me pencher sur une romance. C'est aussi mon cas. Mais quand une histoire d'amour est abordée avec subtilité et se fond dans un bon récit, le tout peut devenir assez savoureux.
Très intrigué par la théorie des univers parallèles, je me suis intéressé de prêt à Multiversum, premier volume d'une trilogie de Leonardo Patrignani. Et je dois avouer que cette lecture s'est avérée très particulière.

J'aime me plonger dans l'histoire dès les premières pages, être entraîné et happé par le récit aussitôt le livre ouvert. Ce ne fut pas le cas avec Multiversum. Fait assez rare pour ma part, la première partie du livre m'a réellement ennuyé. Si l'auteur explique assez rapidement que les deux personnages sont liés par l'esprit et communiquent par la pensée, ce phénomène est très rapidement relégué au second plan pour se concentrer sur le lien qui s'est créé entre les deux personnages, et l'organisation de leur première rencontre. La télépathie en devient presque anecdotique, et Leonardo Patrignani passe plus de temps à exprimer les sentiments amoureux d'Alex et Jenny qu'à développer l'intrigue. Un début très lent, donc. La lecture de cette partie du livre a été, je dois l'avouer, laborieuse et, sans mon réel intérêt pour le thème des univers parallèles, je n'aurai sans doute pas poursuivi.

Puis soudain, on passe la seconde. Enfin voilà l'événement déclencheur, tardif certes, mais qui lance l'intrigue et met de côté la romance pure. Au bord de l'abandon, j'ai subi un étrange regain d'intérêt pour l'histoire et y ai lentement pris goût. A partir de cet instant, les personnages tâchent de découvrir les origines de leur histoire et de leur lien, dénichant ainsi des détails surprenants et très bien imaginés. Des éléments habilement disséminés dans le roman s'assemblent pour révéler une part de la vérité.

Et vient la fin. Un final aux antipodes du début lent et plein de bons sentiments. L'auteur décrit avec brio un monde sur lequel s'abat soudain un scénario digne d'un film catastrophe. Avec une étonnante justesse, le roman expose la réaction d'un monde jusque là réglé comme une pendule sur lequel s'abattent désordre et chaos. Sans aucune difficulté, j'ai été transporté dans ce paysage apocalyptique, me suis reconnu dans la réaction des personnages... Une véritable réussite.

Un livre étonnant donc. Si le début a trop traîné sur la romance vécue par les deux adolescents, et s'est avéré très peu prenant en raison de personnages assez fades, aussitôt l'intrigue lancée, Multiversum a enfin possédé tout l'intérêt que j'espérais y trouver. Le thème des mondes parallèles est abordé avec originalité et, avec le temps, les deux protagonistes gagnent en consistance.

Je ne pensais pas dire cela au début de ma lecture, mais je lirai le deuxième tome avec plaisir !

Merci aux éditions Gallimard Jeunesse pour l'envoi de ce livre !


2 commentaires:

  1. Non seulement tout cela est très intriguant mais je trouve la couverture magnifique ! :)

    RépondreSupprimer
  2. J'avoue que c'est la couverture qui m'a donné envie de m'arrêter sur le livre pour en savoir un peu plus !

    RépondreSupprimer