lundi 20 octobre 2014

Chronique littérature : King's Game, de Nobuaki Kanazawa


Editions Lumen


Quatrième de couverture

Nobuaki est réveillé en pleine nuit par un étrange SMS qui met au défi deux de ses camarades de lycée de s'embrasser. Le mystérieux expéditeur du message prétend que la classe  entière participe à un "King's Game".
Jour après jour, les défis se succèdent, et les lycéens sont bien obligés de se rendre à l'évidence : ils ont 24 heures pour s'exécuter et la sanction en cas de désobéissance est la mort.

Suicides ou meurtres ? Puissance occulte ou criminel de chair et de sang ? Où qu'elles soient, quoi qu'elles tentent pour s'échapper, la mort vient trouver ses jeunes victimes, infaillible. Le couperet se rapproche dangereusement de nos héros... Parviendront-ils à découvrir la vérité avant qu'il ne s'abatte ?

Mon avis

J'attendais beaucoup de ce livre, très emballé à la première lecture de la quatrième de couverture. Aucune déception une fois la dernière page tournée : King's Game est un excellent roman, efficace, duquel il est difficile de sortir une fois entamé.

La montée de la tension est très bien menée, et entraîne le lecteur dans l'horreur du jeu imposé aux lycéens. D'abord sans gravité, les défis se font plus compliqués, plus lourds de conséquences... Les personnages oublient rapidement l'amusement et l'excitation du début, humiliés par des gages de plus en plus sournois, pour enfin se laisser entraîner dans une spirale terrifiante. Les sentiments de chacun d'entre eux s'insinuent avec brio dans l'esprit du lecteur, aussi impatient de découvrir le défi suivant qu'horrifié par le sort de protagonistes auquel il s'attache.
Pour ma part le sentiment d'empathie a été progressif, presque imperceptible mais pourtant très fort. On se prend à soutenir le trio principal comme un membre à part entière de la classe, voire à craindre la lecture des sentences envoyées par messages.

Certaines personnalités sont très bien développées, d'autres intriguent, ou agacent. Mais pari réussi : chaque personnage mis au premier plan, pour plus ou moins longtemps, interpelle et ne laisse pas indifférent.

Très bon point pour l'installation de l'atmosphère. La peur, qu'elle soit due à un lieu ou à un acte, est très bien transmise, tandis que les scènes les plus sanglantes savent ne pas être décrites avec exagération. Si, parfois, le sang afflue, King's Game ne donne jamais dans le "gore pour le gore".

Seul petit point négatif, si je dois en citer un : quelques flashbacks, pas forcément utiles, qui coupent parfois le lecteur en plein suspens. L'interruption d'une tension très bien installée et l'impression d'être coupé dans mon élan sans intérêt pour le déroulement de l'histoire m'a deux ou trois fois gêné.

Pour conclure, King's Game est un roman que je ne saurais que conseiller aux amateurs du genre. Découpé par journées, et donc par défis, le roman est assez habilement construit pour embarquer le lecteur dans le fil rouge de l'histoire tout en creusant, jour après jour, la personnalité et le destin des personnages concernés par le défi, offrant à chaque fois une nouvelle manière de vivre le jeu, et un nouveau regard à lui porter. 
Une excellente lecture, donc, qui me convainc d'ajouter le tome suivant sur ma liste des livres à découvrir !


Un très grand merci aux éditions Lumen pour l'envoi de ce livre !




3 commentaires:

  1. Petit Jésus, faites que je termine rapidement ce livre de SF qui est sur ma table de nuit afin de lire celui-ci au plus vite. Je bave.

    RépondreSupprimer